Saint-Bohaire, une phytoépuration pionnière

Publié le 29 Mars 2009

Jeudi 19 mars, rendez-vous était pris à 16h30 (après la manifestation…) au Logis, à Saint-Bohaire (41).

Le Logis, c’est un centre éducatif pour enfants. Mais ce n’était pas l’objet de notre venue ce jour-là. Car le Logis est aussi la terre d’accueil de la première installation de phytoépuration réalisée en France. C’était en 1978, et sur les conseils de Mme Kate Seidel. Dr Seidel est la botaniste allemande qui, en observant le processus épuratoire spontané des rives ornées de végétaux aquatiques, a, la première, mis au point la phytoépuration.

Ainsi donc, non seulement nous allions visiter la filière pionnière, mais nous allions aussi bénéficier de l’expérience du technicien qui l’aura entretenue –et très bien- pendant une trentaine d’années.

 

 

Comme on peut le voir sur les photos prises à l’occasion, la filière conçue dans les années 70 n’est pas si différente de celles que nous pouvons réaliser dorénavant, du moins en assainissement non-collectif. Elle se compose en effet d’un premier étage de traitement de 3 lits à écoulement vertical, suivi de 3 filtres à écoulement horizontal ; nous proposons maintenant un filtre planté à écoulement vertical suivi d’un autre à écoulement horizontal. Certes, de nombreux détails techniques ont évolué, mais cela n’a été rendu possible que grâce à l’expérience acquise sur ces premières installations.

Un détail peut néanmoins attirer notre attention (davantage encore en été, quand les plantes sont hautes): les filtres horizontaux sont chacun plantés d’un macrophyte différent, le premier étant notamment planté d’une espèce importée d’Allemagne et supposée présenter des caractéristiques propres. Mme Seidel accordait une grande importance au choix des plantes utilisées. On sait désormais que ce n’est pas tant la plante en elle-même qui importe que sa capacité à créer des conditions favorables à un développement des bactéries épuratrices.

 

Aussi réussie et historique soit elle, la phytoépuration de Saint-Bohaire devrait être mise en pré-retraite dans les 3 ans à venir. Son rejet s’écoule dans la parcelle du château adjacent, laquelle parcelle aura depuis lors été séparée de l'ensemble et vendue. Pour cette raison et les nécessités d'entretien occasionnées, il est ainsi prévu que l’ensemble des rejets du Logis soit raccordé au réseau collectif.

Un triste sort pour une installation conçue par la « mère » de la phytoépuration, ayant reçu à maintes reprises la visite du Cemagref de Lyon et ayant, par la même, inspiré les bases de conception établies pour les stations d’épuration collectives, une filière qui peut dorénavant être apparentée à un musée vivant.

Rédigé par Sébastien

Publié dans #Choses et autres

Commenter cet article

Thibaut 11/12/2012 11:04

Bonjour,
savez-vous si les filtres verticaux se sont colmatés pendant les 30 ans de service de cette installation ?
Cordialement,
Thibaut

Sébastien 13/02/2013 15:14



Bonjour,


 


Je vous réponds (enfin) après avoir enfin téléphoné au site pour prendre des nouvelles de l'installation.


Ce qui est sûr est que l'installation est toujours en service, ils me l'ont confirmé. Pour ce qui est de son passif, je suis quasi certain que les granulats n'ont jamais été changés mais il
faudrait que je pose cette question précisément à la bonne personne.


La plus grosse opération aura été faite en tout début de fonctionnement pour refaire l'étanchéité défectueuse.


Mais sinon, tout va bien!



le père Lenoir 25/06/2011 19:36


Merci beaucoup pour ce petit reportage très intéressant. On regrette amèrement que cet aménagement soit perdu, et encore plus qu'il soit si difficile -administrativement- d'en créer sur certains
secteurs malgré ses multiples avantages.


Sébastien 27/06/2011 08:27



A l'heure actuelle, il n'est à ma connaissance pas encore perdu. Mais il est destiné à l'être...


Ensuite, pour ce qui est de la difficulté à en mettre en oeuvre, en assainissement collectif, c'est désormais un système plébiscité pour les communes rurales, autorisé pour les projets regroupant
plus de 20 habitants et notre filière Aquatiris recevra probablement à l'automne 2011 un agrément permettant de le proposer aux maisons individuelles équipées d'un assainissement non-collectif.