La Poste m'a dragué

Publié le 12 Janvier 2010

Alors qu'en ce jour neigeux les députés voteront l'enterrement de La Poste comme service public (aussi appelée ouverture de capital), il n'est pas besoin dans ce billet de revenir sur les motivations pour s'y opposer (mais si besoin, lire ici: link).
Les premières manoeuvres de la Commission européenne, avalisées par les gouvernements français, pour aboutir à la privatisation du service postal commencent à dater, avec par exemple l'ouverture du marché à la distribution des envois de plus de 100 g en 2003.
Les équipes dirigeantes de La Poste ont bien intégré cette perspective en élargissant leurs produits, avec pour objectif final de faire débourser davantage à l'usager s'aventurant dans l'agence: gadgets vendus dans les files d'attente, proposition systématique des serices les plus onéreux (enveloppes prêt-à-poster, orientation vers Chronopost, déménagement avec le Pack ma nouvelle adresse, etc). Le tout pour une qualité de service dégradée, avec des salarié-e-s massivement remplacés par des écrans plasma publicitaires.

Et voici enfin le type de développement proposé aux nouveaux créateurs d'entreprises:

La Poste
A l'instar de la SNCF, La Poste semble se choisir pour clientèle privilégiée, car rentable, celle des entreprises. Non pas qu'elle ne doive pas leur rendre des services, mais l'accuentuation de la différence entre les traitements réservés à ces dernières ceux destinés aux simples usagers est devenue palpable.

Rédigé par Sébastien

Publié dans #Actualité

Commenter cet article