Prix de l'eau de Stockholm: priorité à ceux qui n'en utilisent pas!

Publié le 12 Octobre 2009

La situation indienne, avec ses castes, sa démographie et sa misère étendue, est très complexe. Et c'est peut-être la raison pour laquelle, pour y résoudre des problèmes sanitaires et environnementaux, il faut compter avec un docteur en sociologie honoré en août dernier du Stockholm Water Price 2009.
Comme le rappelle les articles qui suivent, c'est en se préoccupant en premier lieu de la situation faite aux "Intouchables" que le Docteur Bindeshwar Pathak en est arrivé à développer un modèle de toilettes sèches publiques bon marché. Ce faisant, il s'est attaqué avec réussite à des questions sanitaires (réduction des épidémies, dont le choléra, diminution de la contamination des eaux, etc) et sociales (amélioration de la condition des castes "inférieures", facilitation de la vie quotidienne, suppression des odeurs, etc).
Pour les détails:

Article paru dans Le Moniteur du 25/08/2009 (en images): link
Article paru sur le site internet de la Rtbf le 22/08/2009: link
Communiqué du Stockholm International Water Institute (en anglais): link

En chiffres et pour mieux cerner les enjeux de l'Inde, et par extrapolation, de la majorité des pays et des humains, reprenons quelques données de ces articles retraçant le contexte indien:

- 700 millions d'habitants sans accès à des installations sanitaires
- 10 millions d'utilisateurs de ces toilettes en Inde
- 1 à 1,5 L d'eau par utilisation (au lieu de 10 L)
- Coût d'une installation: de 15 $ à 1000 $

On nous dit que ces dispositifs intéressent les Nations Unies. Il s'agit en effet d'un outil s'intégrant parfaitement dans les objectifs que s'est assigné le PNUD: PNUD: plaidoyer pour l'assainissement écologique.
Si ce prix a été décerné à Stockholm, ce n'est probablement pas un hasard. La Suède est effectivement l'un des deux pays européens (avec l'Allemagne) où la prise en considération des toilettes sèches comme outil de résolution des problèmes sanitaires, économiques et environnementaux liés à l'assainissement est la plus sérieuse: recherches du réseau Ecosan (link), existence d'un magasin dédié au compost et aux toilettes sèches (link), mise en oeuvre de nombreux projets concrets sans toilettes à eau (lotissements, obligation d'installation de toilettes à séparation pour les habitats neufs dans deux villes, etc).
Un chemin à emprunter!

Rédigé par Sébastien

Publié dans #Actualité

Commenter cet article