Un peu de technique de phytoépuration...pour la convivialité

Publié le 7 Juillet 2008

Il est de coutume de considérer l'autonomie comme étant l'un des piliers de l'écologie, autonomie n'étant pas autarcie.
S'autonomiser, c'est avant tout devenir capable de comprendre les choses par soi-même. Cela peut néanmoins passer par un biais, internet et ce blog par exemple.
Profitons de l'apport d'Ivan Illich pour relever que s'autonomiser n'est possible qu'avec des outils "conviviaux", des techniques qui n'entravent pas la capacité de l'individu à agir. Les filtres plantés de macrophytes permettent, à mon sens, et contrairement à d'autres techniques, cette convivialité. Fin de la parenthèse. Et en route vers l'autonomie...avec la présentation des deux principaux types de filtres végétalisés. Faisons simple!


Filtre à écoulement vertical

Un filtre à écoulement vertical est une excavation, étanchée du sol, remplie de couches superposées de graviers ou de sable de différentes granulométries. Les eaux sont réparties sur la surface du Lit et s’écoulent en son sein en subissant un traitement à la fois physique (filtration), chimique (oxygénation) et biologique (biomasse fixée).
















Elles sont d’abord filtrées par une couche superficielle dans laquelle la rhizosphère* est très développée, puis drainées vers le bas à travers une couche de graviers plus gros jusqu'à une dernière couche de galets.
Un système de drainage en fond de bassin assure la récupération.La spécificité de la filière tient au fait que, contrairement aux autres dispositifs de traitement sur support fin, on travaille avec des eaux brutes pour l'alimentation du premier étage. C'est aussi parfois ce qui lui est reprochée...

Filtre à écoulement horizontal

Dans les filtres à écoulement horizontal, le massif filtrant est totalement saturé en eau.
L’effluent est réparti sur toute la largeur et la hauteur du Lit par un système répartiteur situé à une extrémité du bassin ; il s’écoule ensuite dans un sens strictement horizontal au travers du substrat.
L’évacuation s’opère par un drain placé à l’extrémité opposée du Lit, au fond et enterré dans une tranchée de galets drainants. Cette canalisation est reliée à
un siphon permettant de régler la hauteur de surverse, et donc celle de l’eau dans le filtre ; le niveau d’eau est maintenu à environ 5 cm sous la surface du matériau.















Plus sensibles au colmatage que les filtres à écoulement vertical, ils sont nécessairement alimentés par des eaux préalablement décantées ou ayant percolé sur au moins un étage à écoulement vertical.

Voilà matière à construire de la convivialité!



Rédigé par Sébastien

Publié dans #Matériel & Méthode

Commenter cet article